Relance de la garderie du Centre Romero

Relance de la garderie du Centre Romero

Le Centre Romero a besoin de nouveaux locaux pour travailler avec les jeunes. Il souhaite rénover et agrandir l’ancienne garderie Marie-Hélène-Savard, à l’abandon depuis une dizaine d’années.

Environ 120 jeunes des barrios Francisco Estrada et Modesto Marín, âgés de 4 à 15 ans, pourront profiter des nouvelles installations et y recevoir des services de garde et d’animation assurés par d’autres jeunes et du personnel du Centre Romero. L’objectif est de leur offrir un espace de participation où ils et elles pourront développer leurs capacités, reprendre du contrôle sur leur vie malgré un contexte difficile.

 Financement du projet

Pour la rénovation complète des lieux puis leur éventuel agrandissement, les frais sont estimés à 30 000$. Pour assurer le roulement annuel de la garderie, les frais sont estimés à environ 20 000$.

Grosso modo, chaque tranche de financement de 2000$ sera utilisée comme suit :1200$ pour les rénovations et l’agrandissement, 800$ pour assurer l’animation et le roulement. (Nous vous enverrons le budget plus détaillé sur demande.)

Bref historique

Le projet de garderie a tranquillement vu le jour en 1992. À cette époque, les Pequeños Amigos (les Petits Amis), une cinquantaine de jeunes de deux à douze ans, se rassemblaient sous un arbre du barrio Modesto Marín (quartier de Nandaime). Le Centre Romero a acheté les locaux de la garderie en 1993 puis, deux ans plus tard, l’a baptisée Guardería María Elena Savard, du nom d’une jeune Québécoise qui a grandement contribué au développement de ce projet.

La leader du groupe, Yessenia Morales, et d’autres adolescents et adolescentes donnaient des cours de préscolaire aux plus jeunes et animaient des ateliers de réflexion sociale et chrétienne pour les plus vieux. Les jeunes pouvaient aussi y apprendre à lire et à écrire et se faisaient encourager à poursuivre leurs études. Selon leurs intérêts, ils et elles pouvaient participer à différents ateliers au cours de la semaine : sur l’hygiène, l’environnement, les nombres, la famille, les valeurs, l’égalité entre les sexes, etc.

Le principe fondamental de la garderie était et restera « que des jeunes y forment d’autres jeunes », autant enfants qu’adolescents ou adolescentes. Le partage des apprentissages, la transmission des expériences et des connaissances, en étaient et en resteront l’axe central.

À noter que les locaux de la garderie ont aussi hébergé d’autres projets du Centre Romero. En 1996, un groupe de femmes du barrio a suivi des cours de production de hamacs et a commencé à y confectionner des hamacs qui étaient revendus aux groupes du Québec ou directement à Spirale. Des jeunes y ont également produit des bracelets, eux aussi revendus selon les principes du commerce équitable.

Au début des années 2000, les activités de la garderie ont progressivement été transférées vers le centre communautaire, qui offrait plus de commodités, plus d’espace et un environnement plus agréable.

Avant tout, la fermeture de la garderie a été causée par le manque de fonds pour assurer une animation soutenue et de qualité aux jeunes. C’est pourquoi le projet de relance de la garderie,  en plus de prévoir la rénovation et l’éventuel agrandissement des lieux, inclut le financement du personnel qui se chargera de l’animation de ses jeunes participants et participantes.

This post was written by
Comments are closed.