Témoignage de Marc-André Séguin

Extrait du livre Stages internationaux : de l’illusion d’aider à la solidarité

« On va au Nicaragua comme on va au zoo. On emmène de la nourriture et de l’argent. On touche aux gens comme à des bêtes en cage. On les voit de nos propres yeux. On se fait prendre en photo avec eux. Et que fait-on? On retourne chez soi excités et satisfaits d’une expérience qui ne restera en bout de ligne qu’un joli souvenir à étaler dans le salon avec des amis. »

Avant mon premier départ pour le Nicaragua à l’hiver 2000, mon que c’est plus facile de retomber dans nos pantoufles. De laisser ces problèmes à d’autres. De commencer par régler nos problèmes avant de sauver le monde. « L’environnement? Je recycle. C’est déjà ça. La pauvreté? Oui c’est terrible, on le répète tout le temps aux nouvelles. Mais qu’est-ce que je peux bien y faire? » En toute modestie, je me suis promis de ne jamais devenir l’une de ces statistiques.

Cette réflexion est restée collée au fond de ma mémoire depuis maintenant presque 10 ans. Pourquoi faire l’effort d’aller si loin si, en bout de ligne, les chances sont qu’on n’en fera pas grand-chose? On peut chercher longtemps pourquoi on ne devrait pas se laisser emporter par la tendance de la majorité.

Pourquoi pas simplement le faire pour être responsable? Grandir dans un pays développé et avec le ventre plein n’est pas une chance. C’est toute une responsabilité. Et une personne mature, après tout, n’est pas une personne qui nie ses problèmes. Plutôt, elle les confronte et s’acharne à les régler. La pauvreté n’est pas qu’un problème pour d’autres, elle nous concerne tous. Il est important de d’abord commencer par le comprendre.

Et pourquoi rester impliqués au retour? Les raisons peuvent être altruistes, égoïstes ou une combinaison des deux. Ne pas s’impliquer veut dire le retour à une vie soi-disant normale. L’implication dans un projet de vie plus militant signifie se battre pour un monde meilleur. Et la coopération internationale a beaucoup à offrir : apprentissage de nouvelles langues et de nouvelles cultures, des débouchés variés et originaux. L’éducation citoyenne signifie aussi une meilleure compréhension des enjeux de l’heure, ce qui n’est jamais une mauvaise chose, que ce soit à l’école, au travail ou au plan du développement personnel.

Mon expérience au Nicaragua a changé ma vie d’abord et avant tout parce que j’ai travaillé à la changer, et je ne pourrais le regretter. Ce stage m’a ouvert sur le monde et sur des opportunités uniques qui m’ont transporté à travers l’Amérique latine et l’Asie comme coopérant, étudiant et journaliste. Il m’a fait gagner 10 ans de maturité sur les autres et m’a poussé à vouloir transformer le monde dans lequel j’habite. Pas simplement pour mon CV, mais parce que je ressens le devoir de redonner à ces gens qui m’ont fait tant découvrir et grandir. Ce ne sont ni des vedettes, ni des idoles, ni des animaux dans un zoo. Ce sont des êtres humains, comme vous et moi. Des gens vivant dignement dans une pauvreté qui pue l’injustice et qu’on a tendance à honteusement traiter comme des incapables. Et pourtant, sans eux, je n’aurais pas accompli une fraction de ce que j’ai déjà pu faire et vivre avant même d’avoir 25 ans. Je dois ma vie à ces gens, il va de soi que je travaille à leur en donner une qui soit plus digne de leur grandeur.

Je vous lance donc ce défi : à celles et ceux qui souhaitent vivre un stage tel que celui qui vous est ici présenté, ne laissez pas ce voyage devenir un simple souvenir. Allez-y. Vivez l’expérience, apprenez. Devenez l’exception. Et ne ramenez pas avec vous que des photos. Revenez avec une leçon de vie, et un projet pour l’avenir. Vous ne le regretterez pas.

 

Marc-André a fait un premier stage à Nandaime en 2000. Il était alors étudiant au Petit Séminaire de Québec. Son implication au conseil d’administration de Spirale l’a amené à retourner à Nandaime en 2002 et en 2003. Au moment de rédiger ce texte, en avril 2008, il était étudiant à la maîtrise en droit à Singapour avec spécialisation en commerce international.

This post was written by
Comments are closed.