Vivre mieux ou le buen vivir?

Vivre mieux ou le buen vivir?

Dans un texte de l’agenda latinoamericana, Leonardo Boff nous présente la vision du buen vivir. On pourrait traduire le buen vivir par le vivre bien, mais cette traduction ne fait pas l’unanimité.

Boff dénonce donc la vision du vivre toujours mieux, supporter par une vision de la croissance infinie et l’importance du PIB (Produit intérieur brut) qui doit toujours augmenter. Malgré tout, certains osent penser autrement. C’est le cas du Boutan qui a inventé l’indice de bonheur intérieur brut. “Cet indice ne se mesure pas par des critères quatitatifs, mais qualitatifs comme la bonne gouvernance, la distribution équitable des excédents de l’agriculture de subsistance, de l’extraction végétale et de la vente d’énergie, la santé, l’éducation et tout spécialement, le bon niveau de coopération entre tous pour garantir la paix sociale.”

Cela fait partie de la mentalité du buen vivir, comme il est prôné en équateur ou en Bolivie dans la constitution. Le buen vivir a un objectif social commun alors que le vivre mieux implique une compétition au terme de laquelle il y a nécessairement des perdants. Le buen vivir implique aussi une vision globale de la Terre, de l’air, de l’eau, des animaux, etc. Le buen vivir nous invite à ne pas consommer plus que la Terre le permet.

Lisez l’article de Boff en espagnol ici: http://servicioskoinonia.org/agenda/archivo/obra.php?ncodigo=757

This post was written by
Comments are closed.